Augmentation seins par implants

grayscale photo of woman in sleeveless dress sitting on chair

L’augmentation mammaire est une opération de chirurgie esthétique très populaire. Genève est une ville possédant beaucoup de possibilités de faire une augmentation mammaire.

Quel implants mammaire choisir pour l’augmentation mammaire ?

Les implants mammaires n’ont pas tous la même forme ; au contraire, selon la forme, il en existe trois types différents.

En voici les types :

  1. Implants ronds : premiers à être lancés sur le marché, les implants ronds ont une forme hémisphérique et le point de plus grande projection est fixe, au centre. Le point de projection est le point de hauteur maximale de la prothèse (si elle est sollicitée par la gravité) : cela signifie que dans les prothèses rondes, il ne change pas en fonction des mouvements du porteur.
  2. Les prothèses anatomiques : elles ont une forme de goutte d’eau et, lorsqu’elles sont soumises à la force de gravité, le point de projection maximale se trouve en bas.
  3. Les implants dynamiques, également appelés implants ergonomiques : nouveauté dans le domaine de la chirurgie mammaire, ils sont composés d’un gel qui se déplace en fonction des mouvements de la femme. Ils garantissent ainsi un résultat d’augmentation mammaire très naturel. Ils ont également une surface nano-texturée qui minimise le risque (déjà rare) de rejet. Lorsqu’il est soumis à la force de gravité, le point de projection maximale se situe dans le pôle inférieur-moyen.

Ces implants peuvent être, comme vous pouvez l’imaginer, de différentes tailles. En fonction de leur volume, ils sont appelés (du moins volumineux au plus volumineux) implants à faible, moyenne et forte projection. Bien que le choix des implants relève de la responsabilité du chirurgien, qui vous demandera évidemment votre consentement, chaque type d’implant est adapté à la résolution de certains défauts et a un impact visuel différent.

Voici ce que nous entendons par là.

  • Implants ronds

Ils sont souvent utilisés chez les femmes qui ont besoin de remplir fortement le pôle supérieur des seins, car le remplissage est optimal même lorsque la femme est debout. Cependant, il y a un problème : cette forme est différente du sein non reconstruit et ne garantit donc pas un résultat naturel.

  • Implants anatomiques

Ils sont souvent utilisés pour corriger la proximité du complexe mamelon-aréole par rapport au sillon sous-mammaire, car leur forme en goutte d’eau tend à amener l’aréole plus haut que dans sa position naturelle.

  • Prothèses ergonomiques

Les implants ergonomiques sont absolument les meilleurs pour celles qui souhaitent avoir une augmentation mammaire à effet naturel. Le résultat est une poitrine souple, semblable à une poitrine non répétée. Elles s’adaptent parfaitement au physique de presque toutes les femmes et permettent également un bon soulèvement, puisque, lorsqu’il est soumis à la force de gravité, le point de plus grande projection est moyennement bas.

Quel volume choisir pour son augmentation mammaire ?

Comme vous pouvez l’imaginer, le volume des implants mammaires est également choisi (avant l’opération) par le chirurgien en fonction de vos besoins. Sachez que lors de la première visite de contrôle, le médecin examinera – entre autres – votre conformation physique, votre type de poitrine et écoutera quels sont vos objectifs. Pour ne pas avoir à regretter une augmentation mammaire, nous vous recommandons de choisir des implants bien proportionnés à votre physique. L’effet final sera excellent et vous n’aurez guère de doutes. Par exemple, les implants à forte projection ne vont pas bien avec un physique de petite taille, et si c’est le cas, vous risquez de le regretter. Dans ces cas, il est essentiel de faire un choix réfléchi : ce sont vos seins et vous devrez les porter toute votre vie, à moins que vous ne souhaitiez subir continuellement des opérations d’augmentation mammaire !

Vous savez maintenant tout sur les implants mammaires et vous avez reçu une idée approximative de ce que votre chirurgien esthétique vous dira lors de votre première visite.

Le soutien gorge après l’augmentation mammaire ?

Le soutien-gorge postopératoire est un soutien nécessaire après tout type d’opération mammaire, mais de nombreux doutes subsistent à son sujet, notamment quant au moment de le porter et à sa durée. Mais une chose est nécessaire : écoutez toujours les conseils de votre chirurgien. Chaque chirurgien a sa propre idée à ce sujet, mais avant tout, le type de soutien-gorge postopératoire est déterminé par le type de chirurgie, le type de sein et la durée de la période postopératoire. Immédiatement après l’opération, un soutien-gorge postopératoire qui a également une fonction médicale est nécessaire. Dans la deuxième phase, la phase de cicatrisation, 3 à 6 mois après l’opération, la peau est encore en train de se fixer, il est donc conseillé de ne pas trop stimuler les cicatrices avec des éléments inconfortables ou durs.

Comment est gérée la douleur ?

La grande majorité des femmes qui souhaitent subir une augmentation mammaire accordent beaucoup d’importance à la période postopératoire et s’inquiètent des éventuelles douleurs causées par la procédure de modelage des seins. Parmi les symptômes les plus courants figurent l’engourdissement, le gonflement et les ecchymoses. Quant à la douleur, le seuil de tolérance est très personnel et il est difficile de déterminer avec une précision absolue combien l’opération fera mal, car chaque femme est différente. La récupération sera également très subjective et variera non seulement en fonction de notre capacité à écouter les conseils du chirurgien, mais aussi en fonction de la technique chirurgicale utilisée et de notre santé physique générale. De nombreux facteurs concurrents peuvent être à l’origine de douleurs après une chirurgie plastique. Les techniques d’augmentation mammaire les plus modernes, telles que le double plan avec des implants en gel qui ont un aspect plus naturel, ne nécessitent que quelques jours de récupération et causent généralement moins de douleur que d’autres techniques, comme la technique sous-musculaire ou sous-glandulaire. Le chirurgien sera en mesure de conseiller, en fonction des caractéristiques uniques du type de sein, l’opération la plus adaptée et, surtout, la moins douloureuse. La douleur de l’augmentation mammaire peut être causée par l’étirement du tissu (ou du muscle) qui est effectué pour introduire les implants sous la peau ou, dans le cas d’une augmentation mammaire sous-musculaire, sous le muscle. La durée de la douleur est, comme déjà mentionné, très subjective. En général, les 3-4 premiers jours après l’opération sont les plus difficiles.

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *